• Manifestations scientifiques,

Quand le langage dialogue avec la motricité : Apports de la neurophysiologie

Publié le 10 février 2017 Mis à jour le 21 mars 2017

Le séminaire est présenté par Monsieur Frédéric Isel Laboratoire Modèles, Dynamiques, Corpus, UMR 7114 CNRS - Université Paris Nanterre

Date(s)

le 23 mars 2017

16 h
Séminaire de l'équipe E1 : Analyse du mouvement en biomécanique, physiologie et imagerie
Lieu(x)
Bâtiment S
Amphi S2
Plan d'accès
Dans ma présentation, après avoir rappelé quelques notions fondamentales sur les bases neurales des systèmes langagier et moteur, j’aborderai la question de la relation fonctionnelle entre ces deux systèmes.
Pour ce faire, je m’appuierai sur une sélection d’études empiriques qui ont exploré dans quelle mesure les capacités d’inhibition supposées être renforcées à partir d’activités cognitives spécifiques (multilinguisme, sport de haut niveau, jeux vidéo) sont transférables dans le domaine moteur lors de la réalisation d’activités qui nécessitent un certain contrôle.
En particulier, j’exposerai des résultats sur l’effet de l’utilisation régulière de plusieurs langues sur la réalisation de tâches motrices impliquant l’inhibition comme c’est le cas dans l’interruption d’un mouvement ou la programmation d’un mouvement dirigé à l’opposé d’une cible visuelle lors d’une tâche d’anti-saccade.
Nous verrons dans quelle mesure ces résultats sont généralisables à d’autres tâches engageant un contrôle inhibiteur cognitif ou moteur, telles que les tests de raisonnement, de fausse croyance, de biais de raisonnement, de perspective-taking, mais aussi les tests de Stroop et de Simon, le paradigme go/no-go, et le paradigme d’interruption de mouvement (« stop-signal tasks » et « countermanding saccades »). Pour terminer, je présenterai également quelques travaux conduits en neurosciences du langage et en neuropsychologie sur le traitement d’informations verbales selon que celles-ci réfèrent ou non à des activités motrices.

Mis à jour le 21 mars 2017